Recevez gratuitement notre Newsletter !
Bloc-Notes de Victor Teboul
par Victor Teboul, Ph.D. (Université de Montréal)

«L’Anglais», le dernier roman de l’auteure et commentatrice québécoise, Denise Bombardier, publié chez Robert Laffont à Paris, fait l’objet d’une critique virulente dans le journal Le Monde. Lire la suite


par Victor Teboul, Ph.D. (Université de Montréal)

À son émission du 8 février 2009, Tout le monde en parle a reçu Anne-Krystel Goyer, une jeune Québécoise qui fait la couverture de Playboy, et les animateurs, qui ont pourtant déjà reçu Arielle Dombasle, se sont attardés à lui faire la morale. Que penserait son copain ? Combien lui ont-ils versé ? Et même -ô sacrilège !- cette jeune et charmante personne aurait participé, - en plus ! - à un party chez Hugh Hefner… Lire la suite


par Victor Teboul, Ph.D. (Université de Montréal)

J’ai été agréablement surpris par la dernière émission de Tout le monde en parle, diffusée le 25 avril 2010 à la télévision de Radio-Canada. On pardonnera à Guy A. Lepage d’avoir invité (encore !) le petit copain Jean-François Mercier qui, curieusement, m’a même paru sympathique cette fois-ci. Lire la suite


par Victor Teboul, Ph.D. (Université de Montréal)

Alors que le gouvernement québécois songe à déposer un projet de loi sur la laïcité, qui proclamerait que le Québec est laïque et neutre par rapport aux croyances ou non croyances, le gouvernement fédéral canadien, dirigé par le premier ministre conservateur, Stephen Harper, annonce la création du Bureau de la liberté de religion. Lire la suite


par Victor Teboul, Ph.D. (Université de Montréal)

Le maire du Plateau Mont-Royal, Luc Ferrandez, s’insurge contre Loto-Québec et somme la société d’État de ne pas ajouter de nouveaux appareils de loterie vidéo sur le territoire de son arrondissement. S’exprimant, je présume, au nom de ses élus, le maire de cet arrondissement en rajoute dans un deuxième communiqué, et s’indigne : «Nous restons résolument opposés à la présence de ces machines, dans notre quartier et dans tout le Québec, insiste-t-il. » Lire la suite


par Victor Teboul, Ph.D. (Université de Montréal)

Un mémoire de maîtrise déposé à l’Université de Toronto a soulevé l’ire du Congrès juif canadien en Ontario. Le mémoire soutient que les Juifs exploitent une identité victimaire et bénéficient de privilèges en exploitant les atrocités commises lors de la Shoah.

Suite sur : http://www.tolerance.ca/Article.aspx?ID=101074&L=fr Lire la suite


par Victor Teboul, Ph.D. (Université de Montréal)

Dans le cadre d’un entretien à Radio Ville-Marie, à l’occasion de la parution de «Bienvenue chez Monsieur B. !» (L'Harmattan, Paris), M. Aziz Fares m'a donné l'occasion de répondre à plusieurs questions touchant le contexte de mon dernier roman ainsi que la place qu'occupent dans notre société, les milieux officiels. Qu'ils soient juifs, musulmans ou autres.

Suite sur : http://www.tolerance.ca/Article.aspx?ID=113539&L=fr Lire la suite


par Victor Teboul, Ph.D. (Université de Montréal)

Par une lettre envoyée aux responsables du festival Juste pour rire, le B'nai Brith avait demandé le retrait de l'affiche de la pièce Le prénom dans laquelle un bébé portait une moustache ressemblant à celle d'Adolf Hitler. Mais l’organisation de Montréal, peu sensible à l’humour québécois, sinon à l’humour tout court, s’est ravisée.

Suite sur : http://www.tolerance.ca/Article.aspx?ID=138925&L=fr Lire la suite


par Victor Teboul, Ph.D. (Université de Montréal)

Reconnaissons au moins une chose : nos médias font bien leur travail. Après le tollé soulevé par la nomination au poste de sous-ministre adjoint à vie (oui, vous avez bien lu) de son ancien rival à la chefferie de son Parti, M. Paul-André Boisclair, tollé qui a obligé notre première ministre de reculer (et le titulaire de se contenter du poste non moins alléchant de Délégue général du Québec à New York), voilà qu’une autre affaire éclate (sans compter bien sûr celle de Breton qui a dû quitter son poste ministériel). Lire la suite


par Victor Teboul, Ph.D. (Université de Montréal)

M. Maka Kotto, lors d’une de ses rares sorties publiques, près de quatre mois après son élection et sa nomination au poste de ministre québécois de la culture, interrompt son silence afin de donner une leçon aux cinéphiles du Québec. Lire la suite


<<  Préc.   1 [2] 3    Suiv.  >>